Cercueil De Verre

Mon corps s’est endormi
Doucement
Dans un cercueil de verre…
Demain, le lac sera pris par les glaces
Il fait froid
La solitude a un goût d’arbre mort
Mon corps s’est endormi
Sans berceuse
Tombent déjà les neiges
Sur les îles oubliées au loin
Aucun Prince Charmant
Ne viendra m’éveiller
Les princes charmants ne viennent
Que si l’on croit en eux
Et encore…pas souvent…
Mon corps s’est endormi
Sommeil sans rêves des lunes rousses
Dans le gel fracturé
La terre est dure comme une tombe
Comme un marbre sans croix
Les brise-glaces passent
Les oiseaux qui seront morts demain
Ahanent quelques flocons de larmes
Mon corps s’est endormi
En avril peut-être
Refleuriront les vents du sud
Au printemps s’il éclot
Peut-être danseront les opossums
S’agenouilleront les amants de Saint Jean
Mais…
Malgré le froufrou du lac qui s’étire
En baillant, malgré les voiles
Qui reviennent frôler l’eau
Redevenue vagues
Malgré les coyotes qui ressucitent des enfers…
Dans un cercueil de verre
Mon corps s’est endormi…

Et…c’est très bien ainsi…

Publicités

What color My Love ?

De quelle couleur est la nuit
Chez toi
Ce soir ?
De quelle couleur est la neige
Que le vent colporte
Depuis le lac gelé ?
Et quelle musique
Sifflent les pins sombres
À l’orée des forêts emmêlées ?
Comment dansent les étoiles
Quand le ciel s’agenouille
Guitare et fandango ?
Il bat comment, dis-moi
Le coeur de soie nuptiale
De la lune au jardin ?
Et toi, Mon Amour,
Au piano noir des orchidées
Que laissent aller tes doigts ?
Au piano blanc des lilas morts
Que raconte ton âme
Des sanglots déjà fanés ?
Dis-moi, si le printemps revient un jour
Y aura t-il des orages fourchus
Des palpitations de chevaux ?
De quelle couleur est la nuit
Chez toi
Ce soir ?

Mais quelle idiote je suis…
Le temps, ce temps que tu détestais
Nous joue encore ses tours…
Il n’est que chez moi
Que la nuit vibre déjà
Chez toi,
C’est l’heure du déjeuner du dimanche.